Ronsard — Marie, qui voudroit vostre nom retourner

Were I to re-arrange the letters of your name,
‘Marie’ would spell ‘aimer’; ‘Love me, Marie,’ I plead.
Your name, by nature of the word, invites the deed;
betraying Nature is a mortal sin and shame.

If you will pledge your heart to me, here’s mine; a pair
we’ll make, equal in loving, seizing now and here
the pleasures this short life affords. And never fear:
I won’t get tangled in another lady’s snare.

One must love something in the world, n’est-ce pas, madame?
A life without affection is a sorry sham,
no better than the fate of those who haunt the wastes

of Scythia, denied the sweetest of all tastes
which Venus and her boy have kept for us. When I
no longer love (I hope that’s never) let me die!

Marie, qui voudroit vostre nom retourner — Ronsard

Marie, qui voudroit vostre nom retourner,
Il trouveroit aimer: aimez-moy donc Marie,
Vostre nom de nature à l’amour vous convie.
À qui trahist Nature il ne faut pardonner.

S’il vous plaist vostre cœur pour gage me donner,
Je vous offre le mien: ainsi de ceste vie
Nous prendrons les plaisirs, et jamais autre envie
Ne me pourra l’esprit d’une autre emprisonner.

Il fault aimer, maistresse, au monde quelque chose.
Celuy qui n’aime point, malheureux se propose
Une vie d’un Scythe, et ses jours veut passer

Sans gouster la douceur des douceurs la meilleure.
Rien n’est doux sans Venus et son fils: à l’heure
Que je n’aimeray plus, puissé-je trespasser!